Personal Branding | Développement personnel | social media

Ces Romans « Feel Good »

Par deux fois cette semaine, j’ai eu l’occasion de dîner avec deux amies, à qui de prime abord, tout oppose. Mais elles ont un point commun que j’admire: cette optimisme et cette volonté d’aborder la vie avec aisance, simplicité et relativité. Ou tout du moins, elles essaient avec force et bonheur tant par la méditation que par la lecture de romans feel good.

La première m’a vendu, non sans mal, un stage de yoga / méditation en Inde. Non que je sois difficile à convaincre tant est qu’il s’agit d’une expérience humaine différentiante dans un pays étranger. Mais j’ai été suprise et convaincue quand elle m’en a parlé. Non par les paysages mais par l’ambiance déconnectante devrais-je dire, qui l’a révélé, elle et qui m’a moi-même inspiré.

La suivante m’a initiée à l’art de lire et savourer des romans « feel good ». Sachant qu’à la base, mes envies littéraires s’articulent davantage autour des thrillers et autres romans policiers scandinaves, ce n’était pas gagné. Mais qui ne tente rien n’a rien.

À défaut d’utiliser le terme de « développement personnel » que je trouve un peu trop commercial, je préfère le terme de romans « feel good ». Ces romans que vous lirez d’une traite mais dont les passages feront écho et vous redonneront la patate. Parmi eux, voici mes préférés et leurs résumés.

 

L’homme qui voulait être heureux – Laurent Gournelle

 

roman feel good | Bali | inspirationJe l’ai lu d’une traite, littérallement. Ce roman m’a fait non seulement voyager mais surtout réfléchir.

« L’homme qui voulait être heureux » – c’est l’histoire de Julian, la trentaine, célibataire, qui part se ressourcer à Bali. Il entend parler d’un guérisseur, Samtyang, qui aurait réussi à guérir miraculeusement le premier ministre japonais. Vérité ou attraction touristique ? Julian a décidé d’en avoir le cœur net et de prendre consultation avec l’homme, un peu sceptique. Allongé sur la table, palpé par le guérisseur, le couperet tombe : « Julian, vous êtes profondément malheureux. Si vous le voulez bien, nous allons régler ensemble cette situation ». C’est là que commence véritablement l’histoire.

Les rencontres dureront alors jusqu’à la fin du séjour. Chacune avec sa leçon :

  • Le système de croyances : comment s’en détacher pour débloquer une vision du succès et réaliser ses rêves ?
  • Le rapport aux autres : arrêter d’imaginer ce que pensent les autres, faire les choses en son âme et conscience pour dégager une sérénité inspirante
  • La question des choix : Surmonter, affronter les difficultés et assumer nos véritables choix.

A chaque leçon théorique est associée une action pratique. Des rendez-vous manqués, des enquêtes de terrain, des demandes folles…  L’histoire ne dit pas s’il est plus heureux, mais sa vision de la vie et de l’existence a complètement changé. A vous, donc, d’interpréter l’histoire comme bon vous semble. Mais il est certain que vous en tirerez vous-mêmes certaines leçons et plus probable encore, que vous en sortiez inspiré.

>> Acheter ce livre.

 

Maudit Karma – David Safier

 

roman feel good | inspirationConseillé etffert par une même amie que L’homme qui voulait être heureux, Maudit Karma est un livre « barré ». Comme on en fait très peu.

L’histoire d’une femme Kim Lange, animatrice TV et au sommet de sa gloire, qui est soudainement écrasée par une météorite. Dans l’au-delà, elle apprend qu’elle a accumulé beaucoup trop de mauvais karma au cours de son existence. L’héroïne va ainsi se réincarner successivement en divers animaux, suivant le bon ou mauvais karma qu’elle aura réussi à assimiler durant ses vies. Pour accèder au paradis, elle doit au plus vite remonter l’échelle des réincarnations. Mais, de fourmi à bipède, le chemin est long et les obstacles nombreux… Et cela donne lieu à toute une série de péripéties absolument loufoques et hilarantes.

Ce roman donne à réfléchir sur notre propre destinée et la morale, bien que classique, porte sur l’importance que nos vies soient consacrées au bien d’autrui pour pouvoir regagner en humanité.

>> Acheter ce livre.

 

Et j’ai dansé pieds nus dans ma tête – Olivia Zeitline

 

roman feel good | inspirationLe dernier roman de ma collection « feel good » que j’ai lu un dimanche et qui m’a permis de m’aérer l’esprit.

L’histoire est simple: après un burn-out, Charlotte, une jeune trentenaire, quitte son job dans le marketing et tire un trait sur son ancienne vie. Elle retourne à ce qui la fait vibrer depuis toujours, la danse. Mais rien ne se passe comme elle le voudrait : les factures s’accumulent, sa relation amoureuse s’étiole, son rêve s’éloigne. Stella, une amie musicienne, lui conseille alors d’écouter sa voix intérieure et lui ouvre le chemin de l’intuition. De rencontre en rencontre, pas à pas, Charlotte apprendra à apprivoiser cette voix mystérieuse, à se fier aux signes du hasard et à suivre les mouvements de son corps.

Personnellement, je crois à l’intuition et au fait que rien n’arrive par hasard… Je crois à la pièce que l’on jette pour avoir une réponse, je crois qu’on « ne trouve pas l’accord parfait sans faire de fausses notes ». Bref, un livre simple et décomplexant.

>> Acheter ce livre.

 

Le parfum du bonheur est plus fort sous la pluie – Virginie Grimaldi

 

roman feel good | inspirationIl aura suffi d’un « je ne t’aime plus » pour que ce roman débute.  Troisème roman de Virginie Grimaldi, l’auteur nous entraîne dans l’histoire de Pauline, trentenaire qui cherche un moyen de recoller les morceaux avec l’amour de sa vie. Installée avec son fils de quatre ans chez ses parents, elle laisse les jours s’écouler en attendant que la douleur s’estompe. Jusqu’au jour où elle décide de reprendre sa vie en main. Si les sentiments de Ben se sont évanouis, il suffit de les ranimer. Chaque jour, elle va donc lui écrire un souvenir de leur histoire.

La plume de l’auteur a su me séduire au travers d’un récit qui divertit autant qu’il touche et qui parlera sans doute au plus grand nombre. L’écrivaine embarque son lecteur dès la première page. Et les petites anecdotes du quotidien viennent inscrire l’histoire dans notre réalité. « À chaque fois que je suis triste, j’ai peur de sombrer et de ne jamais remonter ». Dans « Le parfum du bonheur est plus fort sous la pluie », les accents de vie réelle peuvent être doux comme douloureux. Il s’agit bien là d’un roman aussi touchant que sincère. Feel good oui, mais pas tant que ça.

>> Acheter ce livre.

Ces autres romans feel good que l’ont m’a recommandés mais qui attendent patiemment que je prenne le temps de les lire et de les assimiler: Les 4 accords toltèques de Don Miguel Ruiz et le non moins fameux Les 5 blessures de l’âme qui empêchent d’être soi-même de Lise Bourbeau. Et si vous avez d’autres recommendations, je suis preneuse 😃

Bonne lecture !