Mont Agung | Volcan | Bali

L’insoutenable attente du Mont Agung

Depuis une semaine, le rituel sunset et sunrise est le même : regarder par la fenêtre et vérifier si le ciel ne s’est pas coloré de rouge et/ou si, le Mont Agung s’est finalement décidé à entrer en éruption. Pour ceux qui suivent l’actualité – je recommande cet article qui est probablement le plus pertinent et le plus documenté sur le sujet, le Mont Agung gronde et son éruption pourrait être imminente. Pourrait. Parce que oui. Mais non.

Le Mont Agung, c’est …

Un volcan situé sur la ceinture de feu du Pacifique dont la dernière éruption remonte à 1963 et avait fait plus d’un millier de morts. Depuis ? Le Mont Agung est l’un des endroits les plus visités de Bali dont l’ascension à 3142m attire un grand nombre de touristes.

Considéré comme une montagne sacrée, la légende veut que le volcan Agung soit le trône des dieux qui regardent de là-haut Bali et qui descendent participer aux cérémonies au temple Besakih. Pour les locaux, l’éruption du volcan Agung est une conséquence de la colère des Dieux. Colère attribuée au non-respect des traditions… et des touristes.

L’attente. Il n’y a rien de pire. 

Comme le soulignait le président indonésien Widodo, « il n’y a aucune certitude de quand [l’éruption] se produira, ni même si elle va réellement se produire ».

Et il n’y a rien de pire que l’attente. Cela devient même anxiogène.

Et si le volcan explose ? Et si un nuage de cendres s’abat sur l’île ? Et s’il faut quitter l’île ? La vie est faite de si. J’apprécie l’anticipation et je suis admirative que le gouvernement ait décidé d’emblée de déclarer l’état d’urgence. Mais n’est-ce pas trop ?

À force de tourner en rond dans ma cage dorée ubudienne et de regarder mes orteils polis dans la piscine de ma villa de Barbie, branchée sur le fil d’actualité Twitter, je me suis dit qu’il était temps d’aller sur le terrain et de constater la situation par moi-même. Certains y verront probablement un besoin de « sensationnalisme » #NeverEnough, il s’agit plutôt pour moi de discerner le long fleuve tranquille qu’est la vie à Ubud, l’afflux continu d’infos angoissantes sur les réseaux sociaux et la réalité, belle et bien différente. Je ne blâmerais pas ceux qui souhaitent en faire une montagne (#ahah), mais j’aurais tendance à penser que les médias usent et abusent du sujet pour en faire du sensationnel justement.

Mont Agung | Bali | VolcanJ’ai donc grimpé sur mon scooter direction le sud, parcouru les 20kms qui me séparent de la no-go zone et je l’ai franchie; non sans inquiétude. Je ne me suis pas sentie particulièrement rassurée par la succession de villages isolées et vidées de leurs habitants. Si tant est que l’on connaisse un peu Bali, un village sans scooter et sans chien errant n’est jamais vraiment bon signe. J’étais d’ailleurs tellement peu rassurée que j’ai rapidement effectué une boucle pour redescendre au plus vite vers l’agitation du bord de mer.

J’en étais là de mes pérégrinations quand j’ai rencontré Cetu sur la plage de Padang Bai, que nous évoquions le volcan et la situation actuelle et qu’il m’invite à faire le tour des camps d’évacués.

Mont Agung | Bali | Volcan

Mont Agung | Bali | Volcan

Mont Agung | Bali | Volcan

Et ma perception a radicalement changé: oui, il y a de nombreux évacués. Oui certes, ils sont en sécurité. Mais il faut imaginer qu’une majorité d’entre eux a tout laissé derrière – non seulement leurs habitations mais aussi leurs champs, leurs vaches, potentiellement leur seul moyen de se nourrir. Et l’attente de l’éruption ne fait qu’accroître leurs inquiétudes. Pourront-ils seulement retourner chez eux et surtout quand.

Faut-il voyager à Bali ?

Bali est safe, la seule interdiction est de ne pas se rendre à moins de 12km du cratère. L’île est grande et il y a un nombre incalculable de choses à voir et à faire ailleurs. No panic donc. Je ne suis pas vulcanologue et j’aurais dû mal à vous donner une opinion objective. Mais voici quelques recommandations:

  • Vérifier l’actualité  locale sur La Tribun de Bali
  • Vérifier son assurance voyage: êtes-vous remboursé en cas d’annulation de vol ?
  • Vérifier régulièrement le site de l’ambassade de France
  • Vérifier avec la compagnie aérienne
  • Etre préparé aux nuages de cendres – ce qui inclut l’achat d’un masque

Mes ami(e)s ont choisi de jouer la carte de la sécurité en se rendant en Thaïlande, autant par peur de perdre une connection wifi (la BFF de tout bon digital nomad qui se respecte) mais aussi pour s’épargner une potentielle situation d’urgence et d’évacuation.

A tort ou à raison, j’ai, personnellement, fait le choix de ne pas bouger et d’attendre. Et pour le moment, j’ai l’impression d’avoir bien fait.

Spécial shout out pour le compte Twitter @janinekripner qui collecte et publie quotidiennement des infos sur la situation sismique et volcanique du Mont Agung à Bali.

Et si vous souhaitez faire une donation pour les réfugiés, je vous recommande cette association Agung Siaga, probablement la plus sérieuse et la plus active.

Ou priez.